Michel_Arsenault

L’ATTACHE AVEUGLE

Présenté du 15 au 30 septembre | Dévoilement et vernissage le 15 septembre dès 18h

Pour tout le mois de septembre, Regart donne carte blanche à l’un de ses membres en résidence de création. Michel Arsenault s’est ainsi jeté à pieds joints dans l’exploration des projections architecturales et des œuvres interactives pour son projet L’attache aveugle. Pendant cette résidence, lartiste avait envie dajouter une dimension politique à ses accélérations visuelles. Toutefois, bien que le sujet puisse susciter la controverse, Michel Arsenault désire laisser lobservateur dans le bien-être, peu importe où il se situe en rapport avec la question. Cest le pari qu’il sest lancé.

L’ARTISTE

Biographie

Michel Arsenault vit et travaille dans la région de Québec. Depuis son enfance, il reste fasciné par la physique, plus particulièrement la théorie de la relativité dEinstein.  La célèbre équation E=mc2 résume bien sa recherche des collisions les plus énergétiques de la matière.

Démarche

Le travail de Michel Arsenault sactive autour de la résistance, principalement la résistance de la matière à la volonté humaine. Lensemble des actions de lartiste provoquent donc les matériaux, les supports et la technologie, à laffût dune émergence de linattendu.

Cet élan vers linconnu est encadré par le filtre de la durabilité et de la nécessité. Lartiste remet en question la pertinence de ce qu’il produit, de ce qu’il est en train de détruire pour créer.  Le tout relève dune préoccupation environnementale qui le pousse à utiliser les stratégies dont les impacts seront les plus minimes. Produire dans lesprit dutiliser moins de ressources et d’atténuer les conséquences sur le monde qu’il nous reste.

À partir de fragments ainsi récupérés, lartiste provoque des collisions. Cela devient comme le mouvement des vagues qui viennent se briser sur le littoral. Ce mouvement de sac et de ressac lentraine sur deux voies tantôt indépendantes, tantôt superposées. Selon une trajectoire, le mouvement se gorge d’énergie à partir de la surcharge d’éléments visuels en transparence accumulative. Sur lautre trajectoire, celle du filtre du numérique, l’écume laisse sur le rivage les meilleurs moments. Après la surcharge vient la résonance. Les moins bons moments restent dans le ventre de la machine en évitant de nourrir les bennes à ordures. Le spectateur et lartiste peuvent alors goûter le fruit des accélérations.