• © Regart, centre d’artistes en art actuel
    Nicolas Lachance, 2012

  • © Regart, centre d’artistes en art actuel
    Nicolas Lachance, 2012

  • © Regart, centre d’artistes en art actuel
    Nicolas Lachance, 2012

  • © Regart, centre d’artistes en art actuel
    Nicolas Lachance, 2012

  • © Regart, centre d’artistes en art actuel
    Nicolas Lachance, 2012

« L’exposition Espaces lisses et lieux bruts est une réflexion sur l’implication de l’image photographique comme mécanisme de construction du temps et de l’espace, en rapport avec l’image peinte. Conjuguant l’absence de représentation et présence d’empreinte dans une perspective de disparition et d’apparition, les tableaux qui composent ce corpus se font écho à la manière d’un miroir.

Ces dernière années, je me suis intéressé à la question de la frontalité et de la structure répétitive en peinture. Puisant dans différents courants architecturaux du XXe siècle, dont le Bauhaus et le brutalisme, j’ai travaillé le tableau tel un fragment de façade d’immeuble. Mes préoccupations picturales se focalisent maintenant sur la structure de l’espace pictural plutôt que sur la représentation de l’espace. Dans ce cas, la photographie n’est plus seulement un document source me servant à réaliser un tableau, mais une technique faisant partie intégrante du processus d’atelier. 

Tout en conservant mon intérêt pour la perception de l’objet, de la structure frontale, de la répétition et de la trace, le projet Espaces lisses et lieux bruts témoigne de la désintégration de notre rapport à la mémoire, autant historique qu’individuelle. »  

- Nicolas Lachance

Nicolas Lachance
Espaces lisses et lieux bruts
Du 1er novembre au 2 décembre 2012

Nicolas Lachance vit et travail à Montréal. Il est titulaire d’un baccalauréat de l’Université du Québec à Montréal (2009). Son travail aborde différentes modalités d’apparition et de disparition de la représentation en rapport avec l’image peinte. Depuis la dernière année, des questions relatives au temps photographique impliquant la trace et l’empreinte sont devenues une source de dialogue pour réfléchir les spécificités de la peinture. Au cours des dernières années, il a notamment présenté son travail au centre Clark (Montréal) et à la galerie Lilian Rodriguez (Montréal). Ses oeuvres font parties de la collection Prêt d’œuvres d’art du Musée National des Beaux-Arts du Québec ainsi que de plusieurs collections privées au Canada.