La saline : une exposition et un projet Web de Béatrice Boily commissariés par Ariel Rondeau

Du 5 mai au 4 juin 2023, l’artiste visuelle Béatrice Boily présentera au centre Regart La saline, une exposition individuelle dévoilant le fruit de ses dernières recherches : un tout nouvel ensemble d’œuvres photographiques, vidéographiques et installatives consacré à l’étude du passage du temps en milieu naturel. Diffusé en amont et de façon complémentaire à cette exposition, le volet virtuel offre un aperçu du corpus en cours de réalisation depuis janvier 2022 en pleine forêt estrienne.  

Le projet La saline repose principalement sur une installation sculpturale prenant la forme d’un site minéral – ou plus communément appelé une saline –, qui consiste à créer une source artificielle de sodium à l’intention des cervidés qui cherchent naturellement à combler leur carence en minéraux suite à la saison froide. Ce volet numérique consiste à retransmettre en ligne les images captées par une caméra installée vis-à-vis la sculpture en sel de Béatrice Boily. La visite nocturne des cerfs, l’ensevelissement de la structure par une bordée de neige fraîche ou encore les suites d’une pluie torrentielle : autant d’interactions fortuites et variées attendent le public qui est invité, du 5 septembre 2022 au 5 septembre 2023, à épier la transformation formelle de l’installation ainsi que ses relations avec la faune locale.

Ce volet virtuel, actualisé mensuellement par l’artiste, regroupe ainsi des dizaines d’archives vidéographiques du projet. Au travers de cette narration numérique, les images diffusées agissent comme traces d’un processus, soit la dissolution lente et certaine de ce drôle d’invité au boisé. C’est dans l’incertitude de sa forme finale que s’ébauche le projet : les cervidés, les intempéries et le passage du temps sont les artistes principaux de l’installation qui en détermineront sa forme finale, s’il y en a une.

L’ARTISTE

Biographie

Béatrice Boily est une artiste visuelle dont la pratique s’ancre dans l’exploration de la matière organique. Elle s’intéresse à l’écologie et aux divers processus de transformations qui régissent l’univers matériel. Le récit de ses interventions éphémères et in situ s’offre sous la forme de photographies, de projections et d’installations. Détentrice d’une maitrise de l’Université du Québec à Montréal (2020) avec mention, elle a reçu la Bourse Pierre-Ayot octroyée par Les fonds du centre de recherche en art Pierre Ayot (2017). Son travail a notamment été présenté à la Galerie de l’UQAM, la Centrale galerie Powerhouse et la Galerie GHAM & DAFE (Tio’tia:ke/Montréal), la Galerie Bécot (Québec), aux Jardins de Métis (Grand-Métis) ainsi qu’à l’étranger, lors de la Biennale Giovani Monza (Monza, Italie). On retrouve ses œuvres dans diverses collections privées du Québec et de l’Italie. Béatrice Boily vit actuellement à Tiohtiá:ke/Mooniyang/Montréal et œuvre sur les terres non cédées des Nations Kanien’kehà:ka, Omàmwininwag et huronne-wendat.

Démarche artistique

Travaillant à partir de matières organiques et minérales – eau, caoutchouc, argile, roseaux, bois –, Béatrice Boily réalise des interventions in situ. Qu’il s’agisse d’extraire une tonne d’argile crue de son contexte naturel, de l’exposer, puis de la remettre dans le lit de son ruisseau, ou de réaliser une tresse à même un champ de roseaux, ses manifestations encensent le caractère animé de la matière. Elle s’inspire et travaille de concert avec les dynamiques de transformations, de disparitions et de continuations propres aux processus naturels. Le caractère éphémère de son travail l’adjoint à documenter ses interventions par le biais d’enregistrements ou encore de captations photographiques et vidéographiques. Les images qui en résultent se présentent comme les traces de son processus. Elles évoquent des états de transformations où s’entremêlent savoir-faire et savoir-être.

LA COMMISSAIRE

Biographie

Détentrice d’une maîtrise en muséologie et d’un baccalauréat en histoire de l’art de l’Université du Québec à Montréal, Ariel Rondeau est travailleuse culturelle, historienne de l’art et commissaire indépendante. En 2021, elle était co-commissaire de l’exposition de groupe Vers des cycles mouvants, mettant en présence les artistes Kuh Del Rosario, Julie Roch-Cuerrier et Ingrid Tremblay à EXPRESSION, Centre d’exposition de Saint-Hyacinthe. Elle assure actuellement la coordination du catalogue d’exposition portant sur la 6e édition de la triennale ORANGE, L’événement d’art actuel de Saint-Hyacinthe. Lauréate de la Bourse Claude-Armand-Piché en muséologie québécoise (2019), Ariel Rondeau a également été nominée pour le Prix Roland-Arpin du Musée de la civilisation (2020). Elle a signé des textes dans plusieurs revues culturelles dont ESPACE art actuel et Vie des arts. Elle vit et travaille à Tiohtiá:ke/Mooniyang/Montréal.