Une invitation de Jean-François Prost
Du 18 octobre au 24 octobre 2021

Jean-François Prost vous invite à participer à son projet Infralois et les architectures du communVotre imaginaire provenant de différents horizons sera interpellé afin de réfléchir de façon expérimentale sur le cadre juridique. Jean-François vous accueillera pendant trois jours d’ateliers rémunérés qui se tiendront dans l’espace exploratoire de Regart, l’Autre Gare. Les participant.e.s auront comme objectif d’approfondir, à travers les discussions animées par Prost, des approches créatives et alternatives aux règlements qui régissent la ville et l’utilisation des communs. 

De nombreuses lois ont été historiquement conçues pour favoriser l’exploitation économique des ressources (naturelles et humaines) et accroître le capital. Aujourd’hui, des règlements empêchent et restreignent l’usage de l’espace public ou privé et limitent notre pouvoir d’action et notre capacité de cohabitation et de (co)définition de l’architecture et de l’aménagement des villes.

Pourtant certaines lois peuvent au contraire encourager un meilleur partage et emploi des ressources disponibles. Des lois qui permettent de conserver ou accroître l’accessibilité aux biens communs, protéger des droits fondamentaux territoriaux et communautaires, réduire les inégalités et promouvoir une écologie urbaine. Des lois qui favoriseraient une créativité collective et individuelle locale. 

Durant les ateliers, les participant.e.s étudieront une série de lois en provenance de différentes régions du monde qui facilitent une occupation et une participation active du territoire. On songe en particulier à la loi norvégienne allemannsrett, ou « le droit à la nature », qui permet d’apprécier collectivement la nature sans se soucier des limites de la propriété privée. Il y a également l’ancienne loi sur les squats à Amsterdam qui précise qu’un squatteur peut habiter légalement un logement vacant depuis plus de six mois. Ensemble, nous imaginerons des actions (pour l’agriculture urbaine, l’autoconstruction, la cohabitation domestique, etc.) en relation avec un lieu ou un concept nécessitant de nouveaux règlements pour favoriser leur émergence et leur mise en pratique afin de se réapproprier les communs. Nous examinerons les pratiques qui encouragent une hybridation et une altération progressive de l’existant au lieu d’une démolition et une (re)construction perpétuelle de la cité. Les Infralois seront explorées en fonction de diverses formes de représentation et d’associations visuelles et par l’appui de récits basés sur des expériences vécues ou relatées par les participant.e.s. Le champ d’exploration proposé sera à la fois un espace d’action direct et indirect sur notre milieu de vie du point de vue artistique, politique et social.
 
Qui?
Étudiant.e.s et professionnels du milieu artistique, juridique, écologique, politique, du milieu de l’architecture, de l’urbanisme, de la sociologie et de l’anthropologie.

Quand?
Semaine du 18 octobre, la date de la journée d’introduction (3h) sera déterminée avec tous les candidat.e.s puisque tout le monde doit être présent.
Les participant.e.s devront s’engager à au moins un des deux ateliers soit, le 23 et/ou 24 octobre de 13h à 17h. 
Un cachet de 250$ par rencontre est prévu pour chaque participant.e.

Où?
L’Autre Gare, 5995, rue Saint-Laurent, Lévis, G6V 3P5

COMMENT?
Vous êtes intéressés.es à participer? Jean-François Prost aimerait savoir dans un court texte de motivation quels sont vos intérêts et pourquoi vous aimeriez joindre le groupe. Pour plus d’informations, rejoignez nous par courriel à artistique@centreregart.org et par téléphone 418-837-4099. 

* Nous prenons les candidatures jusqu’au 18 octobre.

Infralois et les architectures du commun s’inscrit dans la programmation principale Décroissance qui a été lancée cet été.
 
Jean-François Prost est un artiste interdisciplinaire diplômé en architecture et en design de l’environnement. Son travail vient réactiver et promouvoir l’engagement social et défendre la présence de l’art partout en tout temps. Depuis 1998, son travail individuel et en tant que fondateur de la plateforme Adaptive Actions (AA) et co-fondateur de SYN- a été présenté à la Liverpool Biennial, au Centre Canadien d’Architecture à Montréal, au centre Dare Dare, à la Biennale Madrid Abierto, aux fondations Graham et Musagetes. Suite à la parution des livres Hétéropolis présenté à la biennale BNLMTL, au MUAC à Mexico et au Tokyo Wonder Site Gallery et Stopping / Arrêts coproduit par la Galerie Leonard-et-Ellen Bina (Université Concordia) et AA, il vient tout juste de terminer un livre sur l’idée de la fête et sur différents droits à la ville (VU Photo) et qui prendra la forme d’un événement-exposition en 2023.